Romain HUTEAU

«Quelqu’un qui veut faire trouve un moyen, celui qui ne veut rien faire trouve des excuses.»

Convivialité et maitrise du produit

Les itinéraires non rectilignes sont souvent les plus enrichissants et Romain constitue à ce titre un cas intéressant. A l’issue de ses études en école de commerce (ISG), il se dirige de prime abord vers les métiers de la communication. Mais après un an chez le célèbre groupe BBDO, le jeune homme s’aperçoit qu’il préfère l’approche produit à celle publicitaire. « Je n’étais qu’un intermédiaire et le milieu était un peu « trop branchouille » à mon goût » sourit-il. Pour autant cette première expérience en agence de com lui apprend beaucoup : prise de brief, compréhension des enjeux stratégiques, suivi opérationnel, exigence de lisibilité…

Le terrain sinon rien

Changement de cap : Romain postule à un poste de manager libre service au sein du Groupe Casino. Une année au cours de laquelle il apprend à résister à l’âpreté d’un métier ingrat et bousculé, avant d’être recruté comme chef de secteur chez Hachette. « Chargé du développement des ventes d’un secteur géographique vaste, j’étais très souvent sur la route. » se souvient Romain.

Là encore, il y acquiert autant de savoir-faire que de savoir-être. « La grande distribution m’a appris ce que voulait dire un interlocuteur difficile. J’y ai également appris à gérer un portefeuille client de GMS et GSS, à muscler son sens de la négociation, déployer des plans d’actions pour booster les ventes… ».
Autant de nouvelles cordes à son arc, qu’il mobilisera durant trois ans au sein d’IMMEDIA, jeune start up spécialisée dans les smoothies. Quand l’entreprise est rachetée par le Groupe Danone, Romain évolue à nouveau et devient trade marketing manager pour une ligne de jus de fruits.

Du marketing à l’entreprenariat

Expérience terrain, promotion des ventes, conduite de projets transverses…Romain y passe trois années passionnantes. « Dans ce prestigieux Groupe, dotés d’énormes moyens, j’ai utilisé des outils de ventes et marketing absolument incroyables ».

Mais Romain a besoin de nouveauté et garde en tête un rêve à exaucer : lancer son propre restaurant ! « J’avais l’envie d’entreprendre. Je connaissais les contraintes liées à cette activité chronophage mais j’avais envie de convivialité ; celle d’essayer de rendre les gens heureux » lance-t-il.

En février 2014, il ouvre « Le Prétexte », établissement de quartier parisien – Mairie du XVIIIème – avec une carte de plats simples et traditionnels. Goûts, accueil, rapport qualité-prix…le charme opère et l’aventure dure plus de 4 ans. « J’avais la chance d’exercer un métier passion mais ma vie personnelle était trop sacrifiée ».

La maturité

Alors qu’il se retrouve à ce nouveau carrefour de sa vie, Yann Nadel, camarade de promo de l’ISG, lui propose de rejoindre la nouvelle équipe de Staff Research. « Il aurait pu recruter un recruteur. Mais il a l’intelligence et l’audace d’essayer autre chose. Et mon expérience terrain l’a intéressé. Même si j’ai déjà recruté pendant mon parcours, je n’avais pas spécifiquement d’expérience de recruteur professionnel. J’ai donc réfléchi un peu mais accepté dans la foulée. D’abord pour la part humaine de ce métier et les challenges à relever. Ensuite pour le bel esprit d’équipe qui nous anime tous ! »

Aujourd’hui, il s’en félicite à chaque instant. « J’adore les gens, discuter avec eux, échanger, les connaître vraiment. J’écoute les candidats avec bienveillance et exigence. A la fin, je livre mon ressenti et mon analyse. Pas pour casser ou juger mais pour l’aider dans sa quête et sa connaissance de lui-même. »

Un temps de débrief très apprécié des candidats et plutôt rare chez les recruteurs. Traduction concrète d’une gentillesse que Romain assume et revendique. Et finalement composante majeure de l’ADN de Staff Research.